Georgette et Jean Thibaut

porte-drapeaux pour le devoir de mémoire
 
Georgette Thibaut, 83 ans, et son mari Jean, 86 ans, ont porté le drapeau respectivement seize et treize ans lors des commémorations aux monuments aux morts. Michel Rotger, maire de Chevigny leur a remis la médaille de la Ville lors d’une cérémonie conviviale en marge du Souvenir de la Déportation.

Georgette et Jean Thibaut ont décidé de raccrocher avec des regrets. Ils plaçaient le devoir de mémoire en tête de leurs préoccupations.

Un peu d'histoire

Georgette, veuve en 1966, est entrée dans l’armée sur ­concours en 1973. Elle a servi à Dijon puis à Metz, à l’état-major. Elle a pris sa retraite en 1984 avec le grade d’adjudant. De retour à Dijon, elle rencontre Jean, en 1989, au club du troisième âge, dont il était le président.

Jean Thibaut a fait carrière comme conducteur d’engins au service du Département puis comme chauffeur chez Massey-Ferguson.

Georgette et Jean se marient et s’installent à Chevigny en 1992.

En 1999, Georgette s’engage comme porte-drapeau, d’abord à l’Association du souvenir de la Résistance (ASR), puis à l’Union nationale des combattants (UNC).

Jean l’accompagne aux cérémonies, jusqu’au jour où l’un des porte-drapeaux titulaire prend sa retraite. On lui propose alors le poste.

Georgette a reçu une première médaille de l’UNC, en 2006, pour sept ans, et la deuxième, en 2011, pour douze ans de service.

Jean, quant à lui, a reçu le diplôme d’honneur de l’Amicale des résistants du maquis Liberté en 2006 pour quatre années de service.

Une empreinte indélébile

Georgette et Jean officiaient ainsi dans toutes les cérémonies officielles et commémoratives du département. Ils laisseront une empreinte indélébile, ayant ravivé la flamme du souvenir pour toutes les victimes des atrocités de la guerre.